14 Octobre 2016

“Dégoutée et gênée de ce combat persistant contre l’accord commercial – CETA ”

 

 

En tant que présidente de l’UPI Belgique-Canada je suis bien au courant des liens étroits qu’entretiennent  la Belgique et le Canada sur divers plans: économique, culturel,politique etc… C’est ainsi qu’aujourd’hui je suis dégoutée et gênée du combat persistant que mènent certains partis politiques contre cet accord commercial (le CETA) entre l’ Union Européenne et le Canada.

Le traité CETA est en effet , pour  diverses raisons, un traité équilibré, nécessaire et ambitieux.
- Tout d’abord cet accord apportera une nouvelle dynamique entre l’UE et le Canada. Des entreprises Européennes d’export, dont de nombreuses PME, épargneront plus de 500 millions d’euros de droits à l’importation annuelle sur les produits industriels et agricoles.
Les entreprises Européennes qui proposent des services financiers ou de télécommunication auront un accès de marché libre au Canada. Ceci n’est pas uniquement valable au niveau fédéral Canadien, mais aussi pour la première fois au niveau provincial au Canada. 
- Ensuite, il s’agit d’un accord commercial avec un allié fidèle avec qui nous partageons des valeurs fondamentales, des racines et des défis. Le Canada est un pays qui respecte les règles de travail, où des syndicats libres fonctionnent, et où un marché libre connait une correction sociale solide, un pays social, un pays qui estime le développement durable important et que nous scrutons pour échanger de bonnes pratiques.
 
Le CETA  apporte des avantages importants pour si bien les consommateurs Européens que pour les entreprises Européennes. Je suis doublement  gênée par le fait que la Belgique,  comme seul pays Européen, ne pourra pas ratifier cet accord commercial plus qu’important. J’ai la conviction que certains partis politiques font surtout de l’opposition au gouvernement fédéral. Ces petits jeux politiques sont, de plus, très peu crédibles. De même que ces partis politiques, qui étaient au pouvoir fédéral jusqu’en 2014, ont tous soutenu d’emblée cet accord jusqu’il y a peu.

Les conséquences de la non-réalisation de cet accord peuvent être dramatiques: c’est comme si des murs étaient  construits plutôt que des ponts! Avec qui l’Europe sera-t-elle encore en mesure de faire du commerce? Quelle position l’Europe va-t-elle prendre dans ce monde instable et changeant? Et la position de Bruxelles comme capitale Européenne et centre commercial international?

Pendant que l’Europe joue actuellement  un rôle de premier plan, l’Europe risque, dû à la non réalisation de cet accord, d’être banni vers l’arrière salle. La meilleure façon pour être sur tous les plans ‘une quantité négligeable’.

Ce n’est quand même pas une Europe pareille que nous voulons laisser à nos enfants et petits-enfants?

 

Brigitte GROUWELS
Députée Bruxelloise
Présidente de l’UPI Belgique-Canada
 

Suivez-moi sur

Dernières photo's

Twitter